Retour sur l'édition 2013 du Festival de l'accordéon

19° festival de l’accordéon : les femmes à l’honneur

L’édito du programme promotionnel du festival l’annonçait clairement : le cru 2013 mettait à l’honneur les femmes accordéonistes. 
A l’heure du bilan, la Fédération des Foyers ruraux peut affirmer que de drôles de dames ont séduit le public lozérien car le festival a touché 1000 personnes pour 13 concerts et deux stages.

La Cie.Eol a démarré le premier week-end du festival. Ce jeune trio exclusivement féminin d’une grande complicité a conquis par ses compositions et chansons françaises revisitées, son humeur joyeuse !
Les cinq femmes de Rodinka, toutes issues d’une même famille d’origine tchèque ont présenté leur répertoire qui s’ancre dans leur terre d’origine et toute la nostalgie slave se ressent dans les chansons et les musiques, mais les accents de fête sont là aussi ! Ces belles femmes ont conquis par leur générosité et leur présence scénique.
Daléle au café quincaille, c’est en fait un trio qui présente un spectacle de type cabaret guinguette ; des chansons réalistes sur la promenade des oubliés, dans l’univers des vedettes des quartiers...
Le Duo La Chanforgne avec ses morceaux traditionnels et compositions a permis aux spectateurs autant d’écouter que de danser, puisque en deuxième partie un bal permettait à tous de s’essayer aux bourrées, scottishs et autres rondeaux.
La deuxième semaine du festival, une belle découverte avec le duo Délinquante (sans s car le groupe se dit « singulier » !) : deux filles accordéonistes de talent qui pétillent tant par leur chansons aux paroles "pas piquées des vers" que dans leur jeu scénique qui enchaîne attitudes malicieuses et même irrévérencieuses quelquefois mais qui n’engendrent jamais la mélancolie ! Bref, la révélation de ce festival et les porte-drapeaux de tout ce qui se fait musicalement …loin du musette.
Enfin seule petite entorse à la programmation, le Duo Parasol  car c’est un homme qui est à l’accordéon, mais peu importe, le talent est là. Programmé initialement avec la chanteuse Corinne Renaud qui n’a pu participer pour raison de santé, Parasol a présenté un concert délicieux de compositions sensibles.
Très connu dans le milieu du bal traditionnel et précédé d’une belle et grande réputation pour l’animation de ce type de formation, le duo animait le lendemain un stage de danses  de couples à Mas de Val sur le Causse Méjean, où plus de cinquante stagiaires, venus parfois de loin, ont participé.

Il faut ajouter à ces spectacles le stage d’accordéon diatonique animé par Loïc Etienne qui a réuni 6 personnes à Mende en partenariat avec l’Ecole Départementale de Musique.

Voilà comment, pour faire le pied de nez au début de l’hiver, les Foyers ruraux qui ont accueilli les concerts ont montré que l’accordéon accompagne des artistes de tous les genres, de tous les styles. Que les accordéonistes féminines, minoritaires en nombre, tirent bien leur épingle du jeu avec souvent de fortes personnalités sur scène.

Cette nouvelle édition, soutenue par le Département et Réseau en Scène, a prouvé qu’il est possible de réunir autour de l’accordéon des publics très divers, et qu’il faut quelquefois être curieux pour aller au-delà de l’image ringarde qu’on lui porte encore quelquefois et qu’un accordéon aux sonorités revisitées peut faire bien des merveilles.


La FDFR.

 

Crédits photos Fond : Marveloz Pop festival 2018