Résidence de création au Bleymard

Dans le cadre de sa 5° saison culturelle itinérante en Haute Vallée du Lot, l’association Rudeboy Crew poursuit et souligne sa volonté d’accompagnement artistique en accueillant la compagnie Le Ratatouille Théâtre en résidence de création au Bleymard.

Au fil des éditions du Festi’val d’Olt et de la programmation en saison, l’engagement de l’association en direction des arts de la rue s’est considérablement affirmé au point d’en faire leur orientation artistique majeure.

Du  18 au 24 janvier et du 22 au 28 février l’équipe de Rudeboy Crew accueille donc la compagnie Le Ratatouille Théâtre pour un travail de création sur le spectacle  « Matchenka » d’après une idée de Michel Lafont et un texte d’Alain Guyard.

La compagnie n’est pas inconnue au Bleymard puisque depuis quelques années, le Rudeboy Crew tisse avec lui des liens particuliers. Pour mémoire, la compagnie est venue jouer « Marcel  Poudre » au Festi’val  d’Olt  #6 en 2009, puis « Radio Bi-Carbonate », plateau radio de rue, a fait la couverture médiatique des festival #9 et 10 en 2012 et 2013 avec la pertinente insolence qui leur est propre.

On  peut  donc  dire  que  l’histoire  de  cette compagnie gardoise devient fortement liée au Bleymard depuis ces dernières années. D’histoire il en sera largement question dans cette nouvelle création que Michel Lafont, accompagné de 4 acolytes,  viendra  travailler  en deux temps ici, au Bleymard. L’Histoire avec un grand H, un voyage en train au coeur du XXème  siècle,  de  ses  intrigues  politiques  et évolutions radicales des sociétés, le tout avec un  regard  acerbe  et  sarcastique,  dans  une forme marionnettique pour la rue.

La  première  session  de  travail  donnera lieu à une rencontre informelle et conviviale autour du projet (lectures de textes, échanges  et  discussions)  le  vendredi  24  janvier 2014 à 19h à la salle des fêtes du Bleymard.
La deuxième session de travail se terminera une sortie de résidence publique le vendredi 28 février 2014 à 20h à la salle des fêtes du Bleymard également.

Plus d’infos sur : www.festivaldolt.org

M A T C H E N K A
Farce de marionnettes de rue sur fond d’exil transeuropéen

Matchenka, c’est une très vieille  babouchka russe, bossue, borgne et pied bot, qui marche en crabe.
Une indigne, qui fume la pipe, boit comme un trou, crache au sol et vomit des insultes.

Cette antique et braillarde souillon conduit la piteuse locomotive d’un train rouillé et rugissant, le train branlant du cabaret post soviétique de la déglingue libérale, dont elle est l’arrogante patronne. Ce train furibond et fumant bringuebale avec lui, dans ses pérégrinations hoquetantes « Igor Romanovitch, le lécheur d’ours mal montré »,  « la charmeuse de serpents, de rats et de banquiers », « Piotr, le mangeur de verre pilé et de chaussures à clous », « Mademoiselle Pimp, la stripteaseuse anorexique, qui retire jusqu’à sa peau »...

Mais le but de Matchenka la bossue, ce n’est pas de divertir petits et grands avec des spectacles même plus que douteux. Ce n’est pas non plus d’égayer ou de réjouir un public trépané avec des numéros ineptes et crétins, dont on est en droit de douter d’ailleurs de l’existence même.

Fille d’une révolution malheureuse en 1905, contrainte de quitter la sainte et sanglante Russie, Matchenka  traverse  l’Europe et le temps à la recherche de «l’anti-roi du monde», celui qui est assez fort pour s’asseoir sur les couronnes et confondre les trônes avec les lunettes des chiottes. Elle veut instaurer une révolution d’un genre nouveau : Une révolution où il ne s’agit pas de prendre le pouvoir, mais de s’en déprendre, parce que ce que craint le pouvoir, ce n’est pas qu’on s’en empare, c’est qu’on le méprise.

Ca c’est le but de Matchenka, ça c’est l’histoire de Matchenka racontée par Matchenka, ça c’est l’histoire de Matchenka la marionnette, jouée, racontée, manipulée par Matchenka lamarionnettiste.

Mais ce soir Matchenka la marionnettiste va basculer dans son histoire, elle va sombrer dans son miroir. Son conte va se prendre au jeu de la réalité.

Ce soir son train va prendre vie et s’enfoncer dans le vif et dans la carne, au coeur du public, là où ça grouille, où ça grommelle, où ça rit et fait la gueule. Les marionnettes, les manipulateurs, les acteurs, le public vont devenir des personnages, et les personnages vont devenir vivants. Un pizzaïolo va se transformer en poulet, un poulet tiendra le rôle du peuple, un bout de bois sera une ravissante jeune fille en colère, le public sera un traître, la chariotte d’un marchand ambulant se prendra pour un monstre  d’acier  ferroviaire,  Matchanka  se confondra avec tout le monde à la fois...

L’histoire de l’histoire en traversant l’Europe et le vingtième siècle va devenir un souvenir du présent qui se fout du passé et se construit là, ici, sous nos yeux, avec nous, parmi nous, sans  trêve.  Parce que ça  ne s’arrête pas, parce que ça ne prend pas le temps de faire des pauses, parce que c’est en marche comme sur des roulettes.

Ce soir le décor va brûler et servir de combustible à la locomotive de l’histoire.
Ce soir Matchenka va se transformer en gitane-amoureuse et faire la nique au pouvoir.
Ce soir bienvenue dans notre réjouissant et trépidant foutoir.

Structures

Crédits photos Fond : 48° de rue édition 2018