Atelier cinéma : Vers l’extase filmique ou le cinéma de Jess Franco

Florac
Jeudi 16 novembre 2017

Dans les entrailles du cinéma Bis

Le plus important, le plus fou, le plus mythique, le plus prolifique des cinéastes bis a eu les honneurs d’ouvrir le bal chez Rouge profond, a eu l’honneur d’une rétrospective à la Cinémathèque grâce à Jean-François Rauger et est aujourd’hui réhabilité à tort et à travers. Son œuvre est, il est vrai, une jungle lubrique remplie de pièges et de beautés, de plus en plus peuplées par les tribus de fans. Un paradoxe certain car Jesus Franco, c’est d’abord le système D pour finir le film quel qu’en soit le prix, sachant qu’on lui a rarement accordé de budgets décents de son vivant. Franco, c’est Van Gogh avec une caméra et deux oreilles…

Age pop (Sumuru) et psychédélisme (Vampyros lesbos, Nécronomicon)

Un acte amoureux : Les relations conjugales de Franco dans la dialectique voyeurisme-exhibition

Le saphisme par dessus tout.

Libération et libertinage : Célestine bonne à tout faire

Sadisme : adaptations de Sade, Lettres d’une nonne portugaise, WIP

Figures d’un style : découpage, zoom foufounesque, musique et montage. L’art du contre-jour ou la nuit eurocinéenne.

Enfers verts et sables mouvants : les pièges de la filmographie de Franco

Howard Vernon : mon nom est Orlof (f)

Budgets fauchés mais villégiatures sur la côte, coproductions et pseudonymes.

Caviardage et remontages.

 

Atelier cinéma : Vers l’extase filmique ou le cinéma de Jess Franco
basic
44.324014
3.593713999999977
Infos pratiques : 

3€/Gratuit pour les adhérents

1h

Organisation(s) : 
Crédits photos Fond : Festival International du Film de Vébron